Plus d'hommes et stratèges politiques voient une opportunité dans le soutien aux réformes sur le cannabis

Traduction d'un article de Mike Meno publié par Huffington Post, le 20 juillet 2010. Lien en bas de page.


[Californie] Pendant trop longtemps, la plupart des politiciens ont agi en vertu de la notion (fausse) que les efforts tendant à réformer les lois sur le cannabis équivalaient à un suicide politique. Mais aujourd'hui - alors que le soutien public à la réforme continue de croître à un rythme record - il y a de plus en plus de signes que le mouvement pour mettre fin à l'interdiction du cannabis a atteint un seuil critique pour la victoire: les stratèges politiques commencent à réaliser que les candidats peuvent non seulement bénéficier d'apporter leur soutient aux efforts en faveur de la légalisation, mais surtout en souffrir politiquement s'ils opposent ces efforts.


Déjà en cette saison électorale, nous avons vu deux grands groupes politiques à l'échelle de l'État - la NAACP et le parti démocrate de l'État de Washington - appuyer les initiatives de vote populaire qui rendraient le cannabis légal pour les adultes.

Puis, ce week-end à San Jose, le Parti démocrate Californien a voté pour rester neutre sur la Proposition 19 de novembre 2010, malgré un soutien interne généralisé, presque entièrement de crainte qu'approuver la légalisation nuise aux candidats anti-légalisation dans le parti, dont le sénateur Barbara Boxer et le gouverneur Jerry Brown. Beaucoup d'autres démocrates ont déjà approuvé l'initiative personnellement, et le LA Times rapporte, «malgré une prise de position prudente, les démocrates semblent solidement derrière l'initiative, applaudissant et criant de joie pour les discours pro-légalisation.»

Considérons la présentation faite par un orateur:

Robert Cruickshank, directeur des politiques publiques pour la campagne "Courage", qui soutient des causes progressistes, a appelé au vote pour tenter de renverser la recommandation du comité du parti d'adopter une position neutre. Il a commencé par rappeler aux démocrates réunis que le président du parti, l'ancien sénateur de l'État de San Francisco, John Burton, a déclaré que le cannabis est la question qui inciterait les jeunes électeurs à se rendre aux urnes lors de cette élection off-year
«Si nous souscrivons à la Proposition 19 et prenons la position courageuse de soutenir la réforme, tout comme nous avons pris des positions courageuses sur le mariage de même sexe et d'autres questions litigieuses, nous gagnerons l'argument moral, nous gagnerons la Proposition 19 et nous allons remporter les élections en novembre » , dit Cruickshank.

D'autres ont souligné que les initiatives populaires de vote en faveur de la légalisation du cannabis pourraient aider à la participation électorale des démocrates. Plus tôt ce mois-ci, sur un «conseil d'un officiel de l'administration Obama,» Joshua Green de The Atlantic a découvert «quelques consultants démocrates qui ont acquis la conviction que les initiatives de vote en faveur de la légalisation du cannabis comme celle sur laquelle les Californiens vont voter en novembre, aident les démocrates de la même manière que l'interdiction du mariage homosexuel est censée avoir aidé le républicain.»

Cette stratégie est loin du compte, cependant, lorsque les démocrates ne parviennent pas à soutenir les initiatives de légalisation du cannabis. Le député Steve Fox a déjà émis l'hypothèse que les électeurs californiens en faveur de la proposition 19 pourraient aussi voter contre Brown [note: un Démocrate] en raison de son opposition à l'initiative («Vote Green, Not Brown»). Or, le parti démocrate californien semble partager cette préoccupation.

Et ce n'est pas seulement les démocrates qui voient l'occasion de soutenir une politique du cannabis qui ferait sens. À l'heure actuelle il y a au Connecticut une bataille pour la primaire du 4e district, dans laquelle les opinions opposées des deux candidats sur la politique du cannabis sont en train de devenir un thème de campagne potentiel. Les deux candidats - Rick Torres et Rob Merkle - disent avoir consommé du cannabis dans le passé, mais un seul, Torres, favorise une régulation et une taxation du produit.

Suit cette note malheureusement enterrée dans un article d'autre part prévisible dans son outrage feint à propos de la récente découverte que Merkle a été arrêté pour possession de cannabis il y a plus de 10 ans.

Torres a déclaré que ce qui le dérange, c'est que l'arrestation Merkle et sa campagne ont attaqué Torres pour ses positions sur les lois sur le cannabis. Torres a déclaré qu'il favorise la légalisation.
Merkle dit qu'il est contre - une position, à la lumière de l'arrestation et du traitement clément de Merkle, que Torres a déclaré hypocrite.

Que cette différence bénéficie à l'un ou l'autre des deux candidats reste à voir. Mais avec des mesures en faveur du cannabis sur le bulletin de vote cette année en Californie, Arizona, dans le Dakota du Sud, l'Oregon, et à Detroit, et de plus nombreuses initiatives encore attendues pour 2012, ne soyez pas surpris d'apprendre que de plus en plus de candidats courtisent le nombre croissant d'électeurs qui ne supportent plus des lois qui gaspillent les fonds publics, les ressources des forces de l'ordre, et qui criminalisent des adultes d'autre part respectueux des lois, pour la simple raison qu'ils utilisent une substance récréationnelle moins dangereuse que l'alcool.

Politiquement, cela pourrait être dans leur meilleur intérêt.



Texte original:

0 comments:

Enregistrer un commentaire